Vendredi 1er Juin

 

Nous entamons cette première journée de juin sous un ciel plutôt brumeux, et des températures un peu plus fraîches. On ne peut pas s'en plaindre, nous n'aurons encore pas de pluie aujourd'hui.

 

C'est impatients que nous reprenons l'eurovélo 6 à la recherche de l'Autriche.

 

Nous parcourons quelques kilomètres et, sans le savoir, nous arrivons en Autriche. Pas de panneau, pas de frontière. Seules les plaques d'immatriculation des véhicules des pécheurs nous font penser que nous avons changé de pays.

 

Au fur et à mesure de notre progression, les paysages changent, nous nous retrouvons entourées de montagnes verdoyantes auxquelles s'accrochent encore quelques nuages. Au pied des montagnes :le Danube, L'immensité et la beauté de ce paysage nous laisse sans voix. Pas un bruit, si ce n'est celui des oiseaux. Pendant plus de 70km nous ne croiserons que des cyclo et des Gästehof ( maisons d'hôtes) - pas un seul magasin ( nous sommes en rade depuis hier, c'était férié en Allemagne, nous avons dû manger du riz blanc, avec pour seul accompagnement , un peu de sel. ) C'est au bout de plus de 70km et des fruits secs dans le ventre que nous ferons des courses. -

 

Nous devrons traverser le Danube pour atteindre l'autre rive. Un petit bateau nous fera traverser pour 2€50 par personne. Un piège à touristes, car 5 kms avant, il y avait , paraît -il, un pont pour traverser … nous ne l'avons pas vu , il n'a pas été indiqué.

 

Quelques kilomètres nous séparent maintenant de Linz, la deuxième plus grande ville après Vienne, le calme et la beauté de la nature laissent place à la grande route et le bruit de voitures. C'est difficile de passer d'un calme plat à un bruit incessant de voitures, de train et de la vie citadine.

 

Linz est une jolie ville que nous visiterons à pieds, à côté du tandem. Non loin de la place centrale (Hauptplatz) ou trône la colonne de la peste ( érigée pour protéger les habitants de ce fléau) passe le tram et sont assis des gens pour boire un café ou une bière, on y défendre des causes importantes : un groupe d'activistes défend la cause animale et la production industrielle du lait. Un homme fait goûter du lait végétal aux passants, pendant que deux femmes, simulent la traite des vaches laitières. Ça me donne des frissons et je trouve ça génial que les gens défendent activement des causes qui leur sont chères.

 

 

 

Nous quittons Linz pour trouver un endroit un peu plus calme et dormir sereinement, car ce soir, ce sera camping sauvage. Nous trouverons un petit hameau en bordure de Danube, des gens s'y arrêtent encore pour faire trempette, pour laisser les enfants jouer dans le sable ou pour pêcher. Après 19h , nous serons tranquilles. Un couple de cyclotouristes à quelques mètres de nous , cachés aussi derrière des arbustes, planterons leur tente.

 

Quelques jeunes font leur show sur la Danube avec leurs bateaux, des bières à la main, la musique à fond, les filles dansent en tenue légère sur la proue du bateau, il y a comme un petit air d'Ibiza sur le Danube. Nous, ça nous fait rire.

 

Nous assistons à un beau coucher de soleil.

 

Plus tard, à notre grande surprise, nous aurons le droit à un joli feu d'artifices de l'autre côté de la rive. C'est ensuite au son des « boum-boum » sur les bateaux et du mouvement des vagues causées par le passage de ceux-ci, que nous nous endormirons très rapidement. Nous battons le record kilométrique avec 115km effectués ce jour. Aïe, mes fesses !!

 



Samedi 2 Juin

 

Les nuages sont gris et chargés de pluie aujourd'hui et à tout moment nous sommes prêt à sortir nos Kways. Chanceux que nous sommes … nous n'en aurons encore pas besoin de la journée.

 

Nous désespérions un peu de n'avoir que des réponses négatives ou pas de réponse du tout des warmshowers ( pour ceux qui n'ont pas suivi , c'est un site ou les cyclo s'accueillent chez eux pour une douche chaude et un canapé ou un coin de jardin pour la nuit et surtout pour échanger et partager, gratuitement) Alexander nous a répondu pour ce soir, nous savons donc où dormir. Nous avons aussi une réponse pour Vienne, yes !

 

Nous longeons toujours le Danube, mais un peu moins motivés que les jours précédents. La fatigue des kms de la veille ? Le fait de dormir en tente chaque soir ou presque ? Heureusement, c'est plat et les paysages sont encore superbes. Nous ferons quelques pauses pour observer le paysage et le calme de l'Autriche. Beaucoup de pêcheur longent le Danube en ce jour de week-end. C'est encore une belle journée et nous arriverons à destination quelques 75kms plus tard. Alexander et sa famille ( nous ne savons rien d'eux) ne sont pas là, il avait prévenu, ils sont à l'anniversaire de sa sœur et ne rentrerons que vers 19 ou 20h. Le jardin est à notre disposition et sur la table nous attendent pâtisseries, fruits et eau. Nous sommes un peu gênés, c'est inhabituel. D'autant que la maison est ouverte. Est-ce fait exprès ? Nous envoyons un message à Alexander, c'est un oubli mais nous pouvons entrer.

 

Je me sens mal à l'aise d'entrer dans une maison qui n'est pas la mienne et sans la présence des propriétaires, je ne veux pas que ça soit mal vu ou mal venu de « faire comme chez-soi » chez quelqu'un d'autre. Jojo fera des réglages sur le vélo pendant que je prendrai le temps d'écrire le résumé de cette journée, après avoir bien sûr mangé la tartelette aux fraises et le mille-feuilles. Nous prendrons chacun une douche rapide et mangeons avant l'arrivée d'Alexander et de son papa vers 20h.

 

Son papa, qui est un vieux monsieur très bavard, nous parlera en Allemand, et nous aurons besoin souvent de la traduction Anglaise d'Alexander pour pouvoir lui répondre. Il me fait rire, semble un peu perdu dans ses pensées parfois mais il a quelque chose de chaleureux et accueillant.

 

Le papa est fan de foot, il regarde le match Autriche – Allemagne ( Autriche pour vainqueur, ce qui n'est pas arrivé depuis 1984). Il offrira du chnap's au café à Jojo, dont j'y tremperai seulement mes lèvres. Je n'apprécie pas le café.

 

Nous passerons la soirée à regarder le match de foot en parlant des voyages d'Alexander, qui a été entre autres, en Inde à deux reprises déjà.

 

Suite au match de foot, une cérémonie, Alexander nous explique que c'est le Life ball , une cérémonie d'ouverture à la gaypride de Vienne, et que c'est aussi une soirée contre le SIDA. C'est un spectacle sur la grande place de Vienne, une sorte de comédie musicale avec pour reprise « la mélodie du bonheur ». La vedette principale est Konchita-Würste, qui est Autrichien.

 

J'espère tellement pouvoir voir cette manifestation lorsque nous serons à Vienne lundi , la Gaypride dure jusqu'au 16 juin, mais en semaine il ne se passe peut être rien. J'aime me dire que nous allons voir un événement pour la tolérance et l'égalité dans une capitale comme Vienne. Nous verrons bien.

 

Nous passons une bonne soirée avec eux, j'aime ce genre de soirée ou nous nous immergeons dans la culture du pays, avec les habitudes de ses habitants. Nous irons ensuite nous coucher dans un bon lit préparé pour nous.

 


Dimanche 3 Juin

 

Le papa d'Alexander est déjà sur le qui-vive avant 8h, nous descendons de la chambre, il appelle Alexander, qui dormait encore le pauvre. Il arrive avec la marque de l'oreiller sur la joue et un visage encore tout endormi. Il espérait peut être dormir encore un peu, nous sommes dimanche et il ne travaillait pas. D'ailleurs, il est assistant social dans une association pour les réfugiés et nous explique qu'il les aide pour les papiers, trouver du travail, parler Allemand. Il fait aussi de la méditation, et semble être une personne très posée et tournée vers les autres. Il demandera à plusieurs reprises, durant notre court séjour chez eux, si tout va bien, si nous avons besoin de quelque chose.

 

Son papa me dit que nos pouvons prendre des cerises qui sont dans le jardin, qu'elles sont bonnes. J'avoue que j'ai pas mal lorgné sur le cerisier hier et que je n'ai pas pu m'empêcher d'en manger une. MIAM

 

Après le petit déjeuner et les affaires qui nous attendent sur le tandem , nous sommes prêts à partir , mais pas sans mes cerises. Je vais dans le jardin, Alexander y est déjà , il m'aider a prendre quelques cerises ce que je mettrais dans mon casque, le seul endroit où nous avons un peu de place encore.

 

L'Eurovélo est juste en face de chez eux et nous repartirons de bon matin ( un peu plus tard que d'habitude quand même, il est 9h) Il fait encore bon mais nous sentons déjà que le soleil chauffe.

 

Alexander nous a conseillé de traverser sur la rive Nord pour voir de plus beaux paysages ; c'est ce que nous ferons, à quelques 10 kms, nous traversons un pont et nous retrouvons sur la rive opposée.

 

Bien évidement , ces 10 kms auront suffit pour que je mange toutes mes cerises. Elles étaient parfaites : bien rouges et sucrées, un vrai régal.

 

Un peu plus loin nous arrivons dans la Wachau , cette jolie vallée de Basse Autriche entre Krems et Melk, nous découvrons des vignobles à perte de vue. (Pour info cet endroit est classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2000) .

 

La beauté de ce paysage est incroyable. Il y a beaucoup de touristes dans les petits villages aux rues pavées et aux maisons anciennes. Beaucoup de gens à vélo aussi. Encore une fois, les gens se retournent, nous prennent en photo et nous demandent d'où nous venons et où nous allons. Je ne me rend plus compte, c'est devenu tellement habituel pour nous qu'on en oublie notre singularité.

 

Je conseille à quiconque qui visite l'Autriche, d'aller visiter Wachau, c'est un incontournable pour pouvoir être dépaysé.

 

Pour faire durer l'instant et parce que nous sommes gourmands, nous nous autorisons une pizza en terrasse , face à cette beauté. Nous avions peur mais finalement les prix sont assez semblables à ceux pratiqués chez nous , dans des lieux peu touristiques.

 

Nous quitterons le Wachau quelques 30 ou 40km plus loin. La Pizza, la chaleur , les kilomètres … on ne sait pas si on va réussir à résister à une petite sieste.

 

Nous nous arrêterons dans un parc public, près d'un joli kiosque dans lequel s'est sûrement déroulé un concert dans la matinée. Dommage, nous avons loupé ça.

 

L'après midi ne sera pas aussi agréable que ce matin , la cycloroute est de nouveau droite et longe le Danube. Pas de paysage à couper le souffle et une chaleur accablante.On se dandine sur nos selles à la recherche d'une position qui pourrait ne pas être douloureuse, en vain.

 

Nous ne trouvons pas d'endroit qui nous semble adapté à du camping sauvage. Le record des kilomètres est presque battu aujourd'hui avec 114km, nous finirons par nous poser à 21h, au bord de la piste cyclable, dans un petit coin d'herbe cachés de la population. Seuls les cyclo peuvent nous voir mais à cette heure-ci, il n'y a plus personne sur la piste.

 

Lundi 4 Juin

 

De bonne heure, nous entamons notre route vers Vienne ; il ne nous reste finalement qu'une 30ène de kilomètres, ce sera vite fait.

 

Mes fesses me brûlent, j'éprouve vraiment des difficultés à pouvoir rester en place . Nous arrivons rapidement à Vienne et allons déposer le tandem chez Konrad et Lili avant midi , qui nous accueillent gratuitement pour deux nuits chez eux.

 

La chaleur de la ville est lourde, sur le tandem on a du vent, mais là l'air est étouffant. Nous trouverons des coins d'ombre au cours de notre visite. Vienne est une très grande ville et nous n'aurons pas le temps de tout voir cet après midi. Nous passons devant la cathédrale Saint Etienne, avec ses pavés colorés sur le toit, nous découvrons les rues pavées de la ville, les touristes par centaines. Devant nous, un spectacle qui me fend le cœur, des chevaux par dizaines, accrochés à une carriole à l'ancienne. Il fait une chaleur accablante, ils sont harnachés par deux, pour faire visiter la ville aux touristes avares d' « Autriche romantique » en dépit du bien être de ces pauvres chevaux.

 

J'ai du mal à pouvoir apprécier la ville face à cette scène.

 

Nous continuons notre visite en passant devant le parlement, le quartier des musées, la bibliothèque ( que nous ne pourrions pas visiter) , la Rathaus ( Mairie)...

 

Nous finirons par rentrer chez nos hôtes après une bonne après midi de marche dans Vienne.

 

Konrad et Lili sont à la maison et sont en train de préparer des lasagnes végétariennes pour ce soir, ça sent bon dans leur joli petit appartement. Nous discutons autour d'une bière puis mangeons. C'est un moment tellement agréable d'échanges. Jojo se sent un peu plus à l'aise avec l'Anglais et même s'il reste très timide, je sens qu'il a envie de communiquer. Nous passons un agréable repas qui laissera place à une sortie dans Vienne atypique comme on les aime. Konrad sort leur tandem , un pino la personne devant est donc assise comme dans un siège, et celle qui est derrière guide. Il me propose d'essayer, et Jojo conduira Lili.

 

Nous faisons chacun la visite en pédalant, la nuit, avec nos guides respectifs. Ils expliquent tout ce que nous voyons, pour certains ce sont des monuments que nous avons vu mais de nuit et avec les explications … c'est tellement mieux. Konrad file à toute vitesse avec son vélo, la sensation à l'avant est étrange, je peux tout voir, tout découvrir, et me laisser guider . Jojo doit, quant à lui , se concentrer sur la conduite et sur ce qu'explique Lili en Anglais.

 

Nous nous arrêtons au « meilleur glacier » de Vienne d'après eux. La maman de Konrad est là aussi. Nous mangeons une glace , qu'ils nous offrent généreusement. ( A charge de revanche, nous leur offrirons des crêpes, lorsqu'ils viendront en France.). En effet, elles sont bonnes. Nous rentrons sur les tandems. Discutons encore un peu puis allons chacun nous coucher.

 

J'aime tellement ce genre de moment ou tu ne sais pas ce qui va se passer, tu arrives chez des inconnus et finalement ils t'offrent du temps, ils partagent leur quotidien et s'ouvre aux autres. C'est beau , et c'est ça que j'aime.

 

Mardi 5 Juin

 

Deuxième jour à Vienne. Lili est au travail, Konrad bosse sur son ordinateur dans la cuisine pour ne pas nous déranger pendant que nous dormions dans le salon. Il est 8h, Jojo est déjà debout, prêt ! Sur ce plan là , c'est un peu compliqué, j'ai besoin de dormir, de me reposer, de ne rien faire parfois mais il est tellement énergique tout le temps, il a besoin d'être en mouvement et d'être occupé. Je veux dormir encore un peu mais je n'y arriverai pas.

 

Après le petit déjeuner, et en essayant de ne pas déranger Konrad, nous nous occupons ce matin de quelques formalités : chercher des warmshowers à Budapest, se questionner sur la demande du visa russe : demande on en Hongrie ou en Lettonie ? Nous pensons demander à Budapest mais cela veut dire que nous devons prévoir les dates exactes d'arrivée et de départ, anticiper les nuits en Russie pour justificatif, et aussi commander nos billets pour le transsibérien. Beaucoup de choses qui me paraissent pour le moment un peu tôt. Nous avons jusqu'à la fin de la semaine pour nous décider.

 

Nous décidons de quitter l'appartement pour laisser de l'espace à Konrad. Nous allons nous promener dans Vienne, qui aujourd'hui semble bien plus touristique qu'hier. Des guides partout avec des dizaines de personnes qui les suivent, qui prennent des photos, qui surconsomment dans cette capitale. Aujourd'hui, nous n'avons pas l'impression de faire touriste, nous ne nous faisons accoster par aucune personne pour de la pub, des balades en calèche, ou pour visiter quoi que ce soit, contrairement à hier. On aime bien être invisibles parfois, passer inaperçu dans la foule. Ça change du gros tandem plein de bagages . Il fait encore très chaud aujourd'hui et nous avons du mal à supporter cette chaleur, qui nous semble , encore aujourd'hui, plus insoutenable que sur le vélo. On prend le temps de visiter le Volksgarten. Un jardin riche par ses roseraies et ses monuments. Nous profitons de la fraîcheur des arroseurs automatiques en passant devant à plusieurs reprises pour se rafraichir.

 

Nous rentrons les bras chargés de provision dans l'appartement de nos deux adorables hôtes afin de leur préparer à notre tour le dîner de ce soir. Un Dahl indien à la Popo/Jojo. Ça manquait d'un peu de sel mais ils semblent apprécier.

 

Après le repas , Lili propose d'aller à la foire et faire un tour de « carrousel » . Nous acceptons , même si j'avoue que je ne fais pas la fière. Le « Carrousel » en question est un manège avec des chaises , qui tournent et prennent de la hauteur. Le spectacle est époustouflant : Vienne vue de haut, avec un magnifique coucher de soleil. Mais Wahou, nous faisons une deuxième magnifique visite de Vienne. Encore tellement atypique. Nous venons de passer deux jours supers à Vienne. L'ambiance entre nous est parfois un peu tendue, je pense que nous sommes fatigués et que la chaleur n'arrange rien. Si on se boude, ça ne dure jamais très longtemps.

 

Nous allons nous coucher après ces deux jours chargés et sommes bientôt prêts à quitter cette belle Autriche pour partir à la découverte de la Slovaquie et de la Hongrie.

 

Nos hôtes ont été supers et il est difficile de les remercier à la hauteur de ce qu'ils ont pu nous offrir. On espère pouvoir faire la même chose pour eux en France.

 

Mercredi 6 Juin

J'ai eu ce matin beaucoup de difficulté pour me réveiller et ai loupé le départ au travail de Lili et Konrad, je n'ai donc pas pu leur dire au revoir et de vive voix à quel point leur accueil a été parfait. nous laissons un petit mot parmi tous ceux des gens accueillis  dans leur carnet.

Nous avalons le petit déjeuner, une douche rapide et sortons de leur appartement avec le tandem et toutes les affaires pour pouvoir le charger dehors. Je laisse la clé dans une enveloppe et l'insère dans la boîte aux lettres, selon les recommandations de nos hôtes.

Nous mettons les sacoches sur le tandem, j'installe le sac et là ... Putain les nuls, on a oublié le pneu de secours et mon casque dans leur appart... On se dit que c'est pas grave , on ne va pas attendre 18h qu'ils rentrent pour les récupérer. Je tente quand même de récupérer la clé dans la boîte aux lettres ... OUIIIIII,. Nous finissons par récupérer nos biens et partir , au complet.

Aujourd'hui nous quittons l'Autriche pour aller à Bratislava , capitale de la Slovaquie. ( je risque de me tromper entre Slovénie et Slovaquie quelques fois mais c'est bien de la Slovaquie dont je parle).

Nous pédalons sous un beau soleil et sous la piste cyclable à Vienne, un autoroute à vélos mais ce matin, pas grand monde, simplement les courageux qui vont au travail.

Nous traversons ensuite des champs de blé. Nous devons remplir notre bouteille d'essence pour pouvoir manger à l'aide de notre réchaud. Un simple problème, il faut retirer minimum 2L , hors on a besoin seulement de 500mL. Un premier homme à la station, il prend du gasoil, zut.

Quelques minutes plus tard, un couple de personnes âgées sont là pour faire le plein. Le monsieur prend l'essence dont nous avons besoin. Il ne parle pas Anglais, j'essaye de lui expliquer que j'ai besoin d'essence et que je lui donne la monnaie en échange. Il accepte, prend une petite minute pour remplir notre bouteille et refuse notre monnaie. "Ok, Ok ! " avec un grand sourire.

Il est presque midi, nous passons dans le parc du château d'Eckartsau. Un joli château impérial jaune. Des chaises longues  pour manger puis des hamacs "œuf" nous servirons pour nous reposer. Une heure plus tard, nous nous motivons à repartir, mais nous serions bien restés.

Nous continuons notre chemin en direction de Bratislava. il est 16h et nous sommes à quelques 15 kilomètres lorsque le ciel s'assombrit , le tonnerre gronde et les éclairs frappent le ciel. Nous voyons Bratislava au loin, mais nous ne réussirons pas à l'atteindre. Une pluie diluvienne et un vent de face nous stopperons dans la course et nous trouverons refuge sous un ancien poste frontière en attendant que la pluie se calme, mais ça sera loin d'être le cas.... Encore quelques mètres et on sera en Slovaquie...