Pologne / Partie 2

Mardi 26 Juin

 

Jour d'arrachage de cheveux.

 

Nous avions tous les documents en notre possession ( c'est ce que nous pensions) afin de nous rendre à l’Ambassade de Russie, à Varsovie. Nous prenons donc deux bus pour arriver. A l'ambassade, impossible de rentrer sans montrer patte blanche, nous sonnons et à l'interphone un homme nous dit que pour le visa c'est au consulat et qu'il ne parle pas Anglais.

 

Nous nous rendons donc au consulat, de l'autre côté de ce grand bâtiment. Encore une porte avec un interphone, un homme de nouveau nous répond, celui-ci parle Anglais, ouf. Il m'indique que nous devons nous enregistrer avant de pouvoir rentrer et donc avoir un rendez-vous pour déposer le dossier. Nous pouvons l'obtenir par internet. Ni une, ni deux, nous nous connectons au site … il faut attendre jusqu'au 27 Juillet pour avoir un rendez-vous. Euh … impossible pour nous. L'homme sortira du consulat après mon deuxième appel à l'interphone pour négocier notre entrée. Il nous tend une carte de visite et nous indique de nous rendre à cet endroit afin de pouvoir effectuer la démarche sans rendez-vous et sans attendre. L'espoir est encore là mais je suis déjà énervée de devoir courir partout alors que nous avons tous les documents. Nous prenons un autre bus qui nous emmène au centre ville. Nous entrons dans un grand bâtiment sécurisé où nous devons nous enregistrer.

 

Ici, au 5ème étage se trouve le service d'aide aux Visas Russes. Bien évidement le service n'est pas gratuit. La jeune femme qui nous reçoit derrière le guichet n'est pas très accueillante. Nous lui demandons pour effectuer le visa , elle vérifie tous nos papiers et nous indique que la réservation des hôtels est en français et qu'il la faut en anglais mais aussi qu'il faut une preuve de paiement de 50% de l'ensemble de nos nuits en Russie. C'est impossible puisque ce sont des auberges de jeunesses et nous payons à l'arrivée. Aucune possibilité de justifier ceci et ce n'était absolument pas stipulé.

 

Elle nous indique ensuite qu'ici , en Pologne, le visa n'est délivré qu'aux polonais et aux étrangers qui sont travailleurs sur le territoire depuis plus de 90 jours... absolument pas notre cas. „On peut essayer mais c'est peu probable”. Elle vient complètement de nous démoraliser; je fond en larmes devant son bureau. Je suis exténuée,j'ai passé beaucoup (trop) de temps sur ces visas et j'ai besoin de dormir et d'en finir avec ce p***** de Visa. J'encaisse le coup et ai envie de tout abandonner. Est-ce qu'on a vraiment envie de vivre des moments aussi négatifs pendant notre voyage ? Et pour de la paperasse en plus ?

 

Nous ressortons en ne sachant pas comment faire.

 

Nous rentrons chez notre famille polonaise. Iza nous sera d'une très grande aide et d'un grand soutien et conseil pour nous aider.

 

Nous mettons du temps pour réfléchir à la possibilité de faire les démarches, elle rappelle le service visa pour discuter avec eux en polonais de notre situation et voir s'il est possible d'obtenir le visa... c'est vraiment peu probable et il nous manque des documents.

 

Nous nous renseignons sur nos autres possibilités et malheureusement la seule qui s'offre à nous est de renvoyer les passeports et la demande de visa en France, par le biais d'une agence. Autant dire qu'on va payer plus que ce que nous avions prévu. Nous contactons donc l'agence afin de savoir s'il est possible d'effectuer à distance en renvoyant nos passeports.Oui contre rémunération et en payant les frais d'envoi et de retour... Le budget en prend un sacré coup mais nous réalisons que nous avons vraiment envie de voir Moscou et de prendre le transsibérien. ( Pour lequel nous venons de recevoir d'ailleurs les places)

 

Il faut aussi déjà donner une adresse de renvoi. Nous n'en avons pas et cherchons une solution. Warmshower ? Boite aux lettres libre ? Aucune réponse de Warmshower et la boite aux lettres semble une solution risquée puisque ce sont tout de même nos passeports.

 

Nous prenons le temps de cuisiner des Bruschettas pour Iza et sa fille Tosia qui sont avec nous ce soir. Piotr, le mari,se prépare pour l'Ironman à Edinburg de ce week end,il est dingue, ce sont des épreuves ultrasportives de course, nage et cyclisme.

 

Nous nous posons pour regarder un film proposé par Iza en Français , sous-titré Polonais.

 

A son retour de l'entrainement, Piotr, aura l'idée d'appeler l'ambassade de France à Riga en Lettonie pour que nous puissions mettre leur adresse et récupérer les visas là haut.MAIS OUI! Pourquoi nous n'y avions pas pensé ? Il est tard et nous appellerons demain.

 

En attendant, je tente de m'apaiser mais à chaque fois que nous devons en reparler j'ai la gorge qui se sert et les larmes aux yeux. J'ai besoin de dormir c'est certain.

 

Mercredi 27 Juin

Après une nuit bénéfique et nos esprits un peu plus apaisés que la veille, nous reprenons la gestion de ces visas. J'appelle l'Ambassade de France en Lettonie et on me répond que c'est tout à fait possible. OUF.

 

Nous n'attendons plus que la confirmation de l'agence française qui s'occupe de nos visas pour pouvoir envoyer le tout.

 

Après un paiement un peu salé, et en espérant que ça vaut vraiment le coup et que nous obtiendrons l'autorisation de nous rendre en territoire Russe, nous allons déposer l'enveloppe précieuse au magasin le plus proche. Iza nous a encore une fois beaucoup aidé dans les démarches et elle nous a accordé beaucoup de temps.

 

Nous avons envoyé le courrier, on croise les doigts pour dans une quinzaine de jours. Nous sommes un peu soulagés déjà d'avoir effectué la démarche et la fatigue étant moindre, nous prenons la situation moins à cœur. Nous avons fait ce que nous pouvions, nous verrons bien. Nous réfléchissons à un plan B ou C en cas de refus de visa. Allons nous directement vers la chine ? Profitons nous un peu plus de l’Europe ? Et si les visas suivants sont refusés ?

 

Nous pensons déjà à notre prochain objectif , parcourir les kilomètres qui nous séparent de Riga, capitale de la Lettonie.

 

Il est 13h et nous prenons le temps de manger tranquillement avec Iza, nous irons cet après midi faire un petit tour au Auchan (oui, oui) du coin, pour acheter du thé en vrac pour la remercier de tout ce qu'elle a fait pour nous. C'est un amour et on ne la remerciera jamais assez.

 

Nous prenons le temps, pour moi de recoudre quelques affaires, pour Jojo de prendre soin du tandem qui a encore une longue route devant lui.

 

Demain nous changeons de warmshower et nous rapprocherons du centre ville. Nous profiterons de Varsovie, que nous n'avons vu qu'en bus , sous la pluie et dans le stress pour le moment.

 

Trois jours pour visiter et ensuite reprendre notre route, c'est largement assez. Nous sommes impatients de remonter en selle et de parcourir encore un petit peu l'Europe.

Jeudi 28 Juin

 

Ce matin, nous prenons le temps de prendre un bon petit déjeuner , de remballer nos affaires et de dire au-revoir à Iza. Piotr est au travail et Tosia est partie une petite heure avant notre départ.

 

Au moment de dire au revoir à Iza, je sens, pour la première fois, une petite pointe de stress dans son corps et ma gorge se noue.

 

Elle nous tend des billets en nous disant que c'est pour manger à Augustow les fameuses pâtisseries à la Myrtille,car ce sont les meilleurs. Depuis notre début en Pologne, je mange ça presque tous les jours, j'adoooooore. Ça lui fait tellement plaisir de nous tendre cet argent mais nous refusons. Je lui promet de lui envoyer une photo en mangeant les meilleurs Jagodzianki de Pologne.

 

Pour nous, dans ces rencontres, l'argent n'a pas sa place. Nous apprécions que les gens puissent nous donner du temps, de la nourriture, des sourires mais jamais d'argent. Iza semble déçue et veut absolument nous offrir quelque chose , après tout ce qu'elle a déjà fait pour nous... Elle ira chercher une baguette et de la confiture de framboise, ce que nous accepterons.

 

Elle nous explique le chemin pour repartir et finir par dire : „ Et si je vous accompagne ? „

 

Elle va chercher son vélo et nous montre le chemin. Elle essayera le tandem quelques mètres plus loin, je prendrais son vélo. On apprécie aussi ces moments avec nos hôtes, ça rend le départ et les adieux un peu plus doux. Elle nous quitte au milieu de la forêt que nous traversons. „ Prenez soin de vous et surtout faites attention, je croise les doigts pour le visa Russe, et tous les autres d'ailleurs”. Elle enfourche son vélo rapidement et disparait dans la forêt.

 

Les adieux polonais sont remplis d'émotions et souvent rapides pour ne pas faire sortir les larmes.

 

Nous poursuivons notre route en direction du centre ville, par la forêt c'est tellement plus agréable que par la grande route.

 

Nous arrivons en plein cœur de Varsovie. Nous sommes surpris par la différence avec Cracovie, en plein cœur de la ville de Varsovie trônent de hauts et grands buildings à la New-yorkaise. Tout semble neuf et gigantesque. Seulement quelques anciens blocs subsistent encore, mais plus pour très longtemps.

 

Nous parcourons aujourd'hui une vingtaine de kilomètres du sud au nord de Varsovie pour rejoindre notre hôte de ce soir, Olga. Nous viendrons chercher les clés vers midi à son travail pour que nous puissions déposer nos affaires et le tandem, pour visiter la ville tranquillement. Elle habite au 6ème étage et il faudra monter le vélo en haut pour plus de sécurité. Les bagages rentrent dans l'ascenseur mais nous devront porter le vélo jusqu'en haut. Une suée plus tard, nous arrivons dans son petit appartement, elle vit avec sa sœur, qui n'est pas là et nous aurons donc sa chambre, qui pourrait être le salon.

 

Au moment de retourner à son travail pour lui rendre les clés, Olga nous conseille de visiter la vieille ville et les bords de rive.

 

 

Ce que nous faisons. Nous marcherons quelques heures à travers Varsovie. D'abord à la citadelle, l'endroit est beau et je le trouve presque romantique. Nous longeons le long de la rive , il fait beau et le soleil reflète dans l'eau , c'est très agréable. Puis nous arriverons dans le vieux Varsovie. Les rues pavées sont peu animées , nous croisons très peu de touristes. Puis au fur et à mesure de notre avancée nous arrivons sur la grande place qui est très animée. Ici jouent des violonistes en face du palais royal, les carrioles promeneuses de touristes traversent la place, des jeunes garçons dansent au pied du Sigismund's Column sur de la musique de boys band des années 80 , d'autres encore jouent de la guitare au milieu de tous les touristes qui donnent parfois une petite pièce pour encourager tous ces artistes de rue.

 

C'est animé et la place est remplie de cafés. C'est un bel endroit dans lequel nous passerons beaucoup de temps à observer ce qu'il s'y passe. Nous reviendrons même le lendemain et rien n'y sera pareil.

 

Certains bancs, lorsque l'on appuie sur play, jouent des airs de Chopin, sous le regard ébahi des touristes.

 

 

 

Nous mettrons plus d'une demi-heure pour rentrer en bus chez Olga, pour 19h comme elle nous l'a demandé. Elle a préparé un plat épicé et nous avons ramené des bières. Nous passerons un moment court mais sympathique en są présence. Elle nous conseillera pour la suite de notre voyage de longer l'Est de la Pologne après avoir pris le train jusqu'à Bialystok car entre Varsovie et cette ville, c'est bruyant, ennuyeux et pas très sécurisé d'après notre hôte.

Vendredi 29 Juin

 

Ce matin c'est la chaleur du soleil à travers les vitres qui nous réveillera. Olga part travailler et nous laisse les clés , pour déjeuner tranquillement.

 

Nous lui rendrons à son travail une heure plus tard et en profiterons pour immortaliser cette rencontre.

 

Nous retournons sur le bord de Rive pour y manger et profiter du soleil, qui nous avait un peu manqué en Pologne jusqu'alors. Nous irons de nouveau en vieille ville pour profiter d'une glace et de ces artistes de rue qui n'étaient pas là hier.

 

Nous rejoindrons l'autre côté de la rive en fin d'après midi. Nous découvrons encore un nouveau coin de Varsovie, tout aussi différent que les deux autres. De ce côté, un peu plus sauvage, se trouve une plage de sable au bord du Wisla. Nous profiterons d'un moment au calme à regarder l'autre côté, celui où nous étions un peu plus tôt dans la journée.

 

Nous rejoindrons l'appartement de nos hôtes de ce soir, Magda , Marsin son mari et un de leurs fils Kamill. Nous mangerons tous ensemble pour ensuite aller nous promener dans un parc non loin. Ils tiennent à nous montrer le théâtre qui, dans les années 50, n'était entouré que d'arbres fruitiers et de vaches. ( Photos à l'appui ) Aujourd'hui ce son des blocs par dizaine qui ont poussé.

 

Nous nous arrêterons dans un parc pour enfant et jouerons comme si nous en étions. Marsin et son fils me font penser à Guido (Romberto Benigni) et son fils Giosué dans „la vie est belle” , ils ont une jolie complicité et le papa est resté un enfant avec l'envie de faire des pitreries. Son fils, âgé de 7 ans, a une jolie petite bouille semblable à celle de Giosué.

 

Nous dormirons dans le salon.

 

Samedi 30 juin

 

Petit déjeuner familial après une bonne nuit de sommeil, puis nous nous éclipserons pour rejoindre le centre ville de Varsovie. Aujourd'hui il pleut et il y a pas mal de vent, il fait environ 15 degrés. Nous n'avons pas envie de visiter la ville „côté building” et décidons de passer la journée sur le bord de rive. Il y a quelques touristes mais le temps incite surement à visiter des musées ou d'autres choses en intérieur. Malheureusement, nous ne pourrons pas à cause du vélo chargé des bagages.

 

Sur le conseil d'Olga, nous nous rendons à la gare pour acheter nos billets de train pour Bialystock. Il nous en coûtera 17€50 pour nous deux et le vélo, pour deux heures de train.

 

La journée a été relativement longue et froide, nous sommes contents de dormir au chaud ce soir.

 

Notre quatrième et dernier warmshower se trouve un peu excentré du centre ville , il nous faudra parcourir en vélo pas moins de 20 kilomètres pour rejoindre l'appartement de Przemyslaw , Sylvia et leurs deux jeunes enfants Natalia et Wotek.

 

Nous n'avons pas beaucoup pédalé, mais sommes relativement fatigués, sans doute par cette journée à ne rien faire. J'ai un peu l'impression que cette journée est perdue et j'ai encore beaucoup de difficulté à passer une journée „ sans rien faire”.

 

Nous mangerons des tartines de pain avec du fromage vers 21h, le temps pour eux de s'occuper des enfants. Nous discutons un peu avec notre hôte. Sa femme Sylvia ne parle pas Anglais et semble mal à l'aise. Nous dormirons là encore,dans le salon. Demain nous devons nous lever tôt pour prendre le train à 8h.

 

Przemyslaw tient à nous accompagner pour faire son tour de vélo et nous aider à mettre le vélo dans le train.

 

Dimanche 1er Juillet

 

Levés à 6h, après un rapide petit déjeuner nous partons pour nous rendre à la gare. Pzemyslaw, comme promis, nous accompagne. Nous traversons sur une quinzaine de kilomètres un chemin, tout neuf, fait pour les vélos. Ce chemin longe la rive du Wisla, et nous sommes contents que notre hôte soit venu avec nous, car nous ne serions sans doute pas passé par ce joli coin en plein cœur de Varsovie. Nous arrivons à un peu plus de 7h30 à la gare, le train est dans une demi heure, nous ne sommes pas si en avance. Il faut monter le vélo sur le quai , par les escaliers. Le train est vieux et il faut monter un petit escalier pour y accéder. Nous déchargeons le vélo pour plus de facilité. Les bagages et le tandem à peine rentrés, le contrôleur sonne et nous partons après un bref au-revoir avec notre hôte .

 

Nous passons deux heures dans le train puis arrivons à Bialystock, sous de gros nuages gris. Le soleil de Varsovie a disparu, il fait 13°, nous sommes emmitouflés dans nos vêtements toute la journée.

 

Nous sommes donc sur une piste cyclable qui doit rejoindre la frontière Lituanienne, à quelques 210 kilomètres. La „greenvelo” est agréable, nous passons par des parcs naturels et croisons peu de voitures. Les deux parcs ouverts au public dan ce parc naturel sont celui des cigognes ( mais très honnêtement nous croisons tellement de cigognes avec leurs petits dans leurs nids dans les villages que nous n'estimons pas important de payer un parc pour un spectacle auquel nous assistons déjà tous les jours) et le parc des bisons.

 

Nous parcourons aujourd'hui 81kilomètres et aucun camping aux alentours, très peu de maisons, principalement des fermes. Nous décidons de poser la tente dans un champ, à l'abri des regards. J'aurai voulu dormir au chaud, mais notre solution est la seule que nous avons et il faut parfois aussi vivre l'aventure comme elle se présente à nous. Le sac de couchage devrait faire l'affaire.

 

Lundi 2 Juillet

 

La nuit a finalement été relativement bonne , et nous n'avons pas eu froid. Réveillés à 6h15, nous rangeons les affaires sous la tente pour ne pas tout tremper. Ce matin il pleut , et il fait 10 degrés.

 

Habillé de nos vêtements imperméables, nous sommes sur le vélo à 7h30 pour aller jusqu'à Augustow. La journée va être longue mais heureusement le paysage de la greenvelo est superbe. Nous l'apprécions malgré la pluie qui tombera toute la journée sans jamais s'arrêter. Nous traversons le parc national de Biebrza (qui est un parc protégé) dans lesquelles nous croisons des panneaux indiquant la présence de loup et d'élans mais nous n'en verrons pas, malheureusement.

 

Une bonne partie de la route est en fait une piste de sable et de gravats , complexe pour rouler sous la pluie mais je l'imagine sous un beau soleil, et je me dis que ce parcours que nous traversons depuis ce matin doit être réellement agréable lorsqu'il fait beau ou qu'il fait nuit car la faune et la flore y sont fondamentalement présentes : forêts, lacs et marais, cigognes, grues cendrées, castors, élan, loups, bisons et autres mammifères , oiseaux et amphibiens s'y côtoient. Cette zone humide est un endroit très important pour les oiseaux migrateurs, qui peuvent nicher, se nourrir et s'y reposer. Nous y verrons aujourd'hui plus d'une vingtaine de cigognes dans leurs nids et dans les champs.

C'est plus tard dans la soirée en effectuant des recherches sur cette région que je découvrirais que c'est la région la plus froide de Pologne et que le mois le plus chaud ,qui est juillet, les températures atteignent un maximum de 17, 8 degrés.

 

Nous arrivons à Augustow environ 99km plus loin que notre nuit en camping sauvage, trempés malgré nos habits pour affronter la pluie. Ce soir, par facilité et pour notre confort , nous dormirons dans une petite chambre d'hôte pour une vingtaine d'euros pour nous deux. Une bonne douche chaude et des vêtements secs et la journée de pluie est vite oubliée. Je suis seulement déçue de ne pas avoir pu observer la faune de ce parc, et de ne pas nous y être arrêté plus longtemps, la faute à la météo.

Mardi 3 Juillet

 

Après une grasse matinée méritée, nous remballons nos affaires encore mouillées pour certaines, et notamment nos chaussures. La technique du jour est un sac poubelle entre la chaussette et la chaussure pour rester au sec... ça fonctionne mais l'odeur de nos chaussures mal séchées sera surement complexe à faire partir. Beurk...

 

Nous passons au centre-ville d'Augostow, et comme promis à Iza, nous achetons des Jagodzianki les pâtisseries à la myrtille. Je ne sais pas si ce sont les meilleures mais j'adore tellement ça!!

 

Nous enverrons la photo à Iza plus tard dans l'après midi.

 

Il nous reste environ 190 kilomètres jusqu'à Kaunas, en Lituanie. Nous avons déjà un couchsurfing prévu Jeudi et avons donc la possibilité de s'accorder de petites journées. Nous ferons 40 kilomètres sous un ciel brumeux et des nuages menaçants de pluie. Les températures sont remontées, il fait 15 degrés. Nous sentons la différence et c'est plutôt agréable de ne pas être frigorifiés et trempés. Aujourd'hui encore les paysages polonais nous plaisent , nous passons dans la forêt et par de petits villages où les chiens ici, semblent habitués au passage des cyclos sur la greenvelo.

Nous arrivons vers 14h dans le petit village de Wigry, village entouré de lacs. Nous nous arrêtons dans un petit camping, c'est 25 zloty la nuit pour deux... QUOI ? 25 Zloty ? Soit 6€25 ? c'est la première fois que nous payons si peu cher pour un camping et nous sommes contents, car hier nous avons un peu dépassé le budget, de quoi nous rattraper aujourd'hui.

 

Nous en profitons pour poser la tente afin qu'elle sèche car elle est toujours trempée de la nuit de dimanche. Nous installons nos affaires et allons visiter ce petit village, connu pour son monastère rose , où se côtoient bonnes sœurs et touristes.

 

Nous visitons les lacs alentours et prenons ensuite le temps, pour Jojo de nettoyer le vélo plein de sable et pour moi de raconter notre journée.

 

Demain, nous quitterons la terre polonaise que nous découvrons depuis maintenant deux semaines pour partir à la découverte de nos deux derniers pays européens, la Lituanie et la Lettonie.

 

Mercredi 4 Juillet

Réveillés à 7h pile par la sonnerie du monastère, nous attaquons cette première journée avec une troupe de fourmis dans la tente. Hier, nous nous sommes installés sur une fourmilière...Il faut dire qu'il n'y a que ça sur ce terrain.

Les bagages étaient bien fermés, elles ont été inoffensives. Nous reprenons notre route, utilisons une dernière fois nos Zloty et passons la frontière Lituanienne quelques 30 kilomètres plus loin ...